Chloé croit que la pauvreté peut frapper à tout moment

Nous sommes tout à fait d'accord.

La pauvreté on ne la choisit pas, on la subit

C'est le thème de notre campagne de sensibilisation depuis de nombreuses années déjà. Tout comme David, Frédéric, Christian et Mathieu, nous croyons que nous sommes collectivement responsables. Nous aurions les moyens de faire autrement.

chloé_filtre

chloé_filtre

Phrase témoignage

"La pauvreté est l’affaire de tous. Elle peut frapper même dans les moments où l’on s’y attend le moins. Réagissons et arrêtons de la subir ou la faire subir." 

 

Si vous êtes interpellés par ces luttes, vous pouvez suivre nos actions mais aussi

celles de nos partenaires.

Ainsi, malgré le contexte économique actuel, le gouvernement ne doit pas se soustraire à ses obligations. Ses responsabilités sociales doivent passer avant la poursuite du déficit zéro. Selon nous, il y a d’autres façons, d’autres choix possibles afin de bien gérer les finances publiques du Québec, en arrêtant de faire des choix idéologiques néolibéraux. Une meilleure répartition de la richesse pourrait permettre d'enrayer la pauvreté au Québec.

 

À titre d’exemple, dans les années 2000, le gouvernement a diminué ses possibilités d’intervention pour réduire les inégalités lorsqu’il a réduit le nombre de paliers d’imposition. Cette diminution des paliers d’impositions a considérablement allégé la charge fiscale des plus riches et a alourdi celle des personnes moins nanties et de la classe moyenne. La réduction des inégalités pouvant nuire à la cohésion sociale (3e but fixé par la loi)[1] ne peut se faire que si le gouvernement choisit de remettre en place des mesures fiscales progressives.

 

Nous vous invitons à consulter les propositions de la Coalition Main Rouge afin d'y arriver. 

[1] Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, L. R. Q. 2002, c. L-7, art. 6.3.