IMG_David_filtre

IMG_David_filtre

Phrase témoignage

David croit que la pauvreté est un symptôme

Nous sommes tout à fait d'accord.

La pauvreté on ne la choisit pas, on la subit

Malgré l'adoption de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale en 2002, la pauvreté ne fait que progresser au Québec. Nous observons une augmentation des demandes et de la détresse. Le visage de la pauvreté change, le célèbre slogan a raison.

 

"La pauvreté est le symptôme d'une incapacité a prendre soins de nous collectivement. Voyons-y, agissons !" 

On peut constater un manque flagrant de cohésion entre la Loi 112 et les deux derniers plans de lutte à la pauvreté et l’exclusion sociale. En mettant en place ces plans d’action, le gouvernement ne respecte même pas sa stratégie nationale en ne se référant pas aux buts et orientations de la Loi. Nous remarquons un grand nombre de contradictions entre les dires et les actions du gouvernement puisque les mesures mises de l’avant ne sont en rien organisées autour des buts fixés et des orientations.

En fait, depuis l’élection d’avril 2014, les actions du gouvernement vont principalement à l’encontre d’une des orientations stipulées dans la Loi 112, soit de « renforcer le filet de sécurité sociale et économique »[1]. Les nombreuses compressions, dans les services publics et dans les programmes sociaux, ainsi que la diminution des prestations d’aide sociale de différentes façons provoquent une fragilisation du filet social durement acquis par les citoyens et citoyennes du Québec et nuisent à l’élimination de la pauvreté et l’exclusion sociale.

 

Si vous êtes interpellés par ces luttes, vous pouvez suivre nos actions mais aussi

celles de nos partenaires.

[1] Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, L. R. Q. 2002, c. L-7, art. 7.2.